QU’ENTEND-ON PAR COMPÉTENCES DE BASE ?

Les compétences de base couvrent des connaissances et des aptitudes fondamentales notamment dans les domaines suivants (en plus de la maîtrise de la langue locale) :

  • Lecture et écriture
  • Mathématiques élémentaires
  •  Compétences numériques

Les compétences de base sont un prérequis indispensable à la maîtrise des exigences de la vie courante et à la formation permanente, au sens de l’apprentissage tout au long de la vie. Une personne qui possède des compétences de base suffisantes peut participer à la vie sociale, culturelle, politique et économique.

Or, acquérir un niveau suffisant en compétences de base ne va pas de soi. En Suisse, de nombreux adultes ont des compétences de base lacunaires, alors qu’ils sont nés et ont suivi leur scolarité dans notre pays.

  • Une personne sur six ne dispose pas de compétences suffisantes en lecture et en écriture.
  • Une personne sur dix a du mal à résoudre des problèmes de calcul courants.
  • Un quart de la population suisse ne possède que des connaissances de base restreintes, voire aucunes connaissances dans le domaine numérique.
QUELLES EN SONT LES RAISONS ?

Les causes d’un niveau faible en compétences de base sont souvent complexes. Elles sont liées, entre autres, avec le milieu socio-économique et socio-culturel de la personne. Quelques exemples :

  • expériences négatives à l’école (par exemple avec un-e enseignant-e ou dans la classe) ;
  • conditions de vie précaires ou événements difficiles pendant l’enfance ;
  • absences fréquentes ou prolongées à l’école, p. ex. en raison d’une maladie ;
  • handicaps non détectés ou détectés tardivement, p. ex. troubles de la vision ou de l’audition ;
  • dyslexie, dyscalculie, problèmes d’attention ;
  • perte de compétences longtemps inutilisées.
QUELLES EN SONT LES CONSÉQUENCES ?

Au cours des dernières années, les exigences sociétales et professionnelles en matière de compétences de base ont fortement augmenté. La communication écrite, l’utilisation d’outils numériques et la maîtrise des nombres sont devenues aujourd’hui indispensables dans la vie courante et professionnelle.

Ainsi, pour une personne aux compétences de base lacunaires, la vie de tous les jours est parsemée d’embûches :

  • Elle rencontre des limitations dans la vie courante et professionnelle, voire est exclue de certains domaines de la vie.
  • Souvent, elle dépend de l’aide de sa famille, de ses amis et d’autres personnes.
  • Le sentiment ne pas être à la hauteur, le stress et un manque d’estime de soi sont des conséquences possibles de compétences de base insuffisantes.
  • Il existe aussi un risque plus élevé de perdre son travail ou de rester au chômage, notamment parce que l’accès aux formations de base et continues requises est plus difficile.

Les répercussions sont également considérables sur les plans sociétal et économique. Outre leur coût financier (p. ex. dépenses de l’assurance chômage, de l’aide sociale et de l’assurance-invalidité) et la non-utilisation du potentiel en matière de ressources humaines, ces répercussions touchent également des questions fondamentales telles que l’égalité des chances ou la participation sociétale, culturelle et politique.